Accessibilité Ile du Nord Nouvelle-Zélande

Rotorua, capitale néozélandaise de la géothermie

Par on 21 mars 2017

J’entame mon dixième mois en Nouvelle-Zélande et je me rends compte que je vous ai très peu parlé d’une des plus belles particularité de ce pays : l’activité géothermique. En Nouvelle-Zélande cette activité est due à la présence de nombreux volcans dans le pays. C’est dans le centre de l’ile du nord que l’on peut le plus observer ces phénomènes : fumerolles, cratères, vapeurs de souffre, sources naturelles d’eau chaude… Tout cela a un côté un peu mystérieux et très intriguant. Je me rappelle très bien de mes premières découvertes géothermiques en juillet dernier. J’ai vraiment eu la sensation que mon cours de sciences sur les volcans prenait une toute autre dimension. Je me suis vraiment rendue compte de la magie et de la force de la nature, de la Terre. Tous ces mouvements terrestres, souterrains, cette chaleur qui remonte à la surface pour nous offrir des spectacles hauts en couleur et en odeur ! J’étais d’autant plus curieuse et excitée par ces manifestations géothermiques qu’il n’est possible de les admirer que dans peu de pays. Les lieux les plus connus sont le parc national Yellowstone aux Etats-Unis, l’Islande et la Nouvelle-Zélande.

Rotorua, la ville qui sent l’oeuf

Pour découvrir la géothermie au pays du long nuage blanc rien de mieux que de poser son sac de voyage et ses roulettes à Rotorua. Située au bord du lac du même nom et dans une zone à forte activité géothermique, Rotorua est l’une des villes les plus visitées de Nouvelle-Zélande. De nombreuses activités sont payantes, mais rassurez-vous il suffit de se balader dans la ville pour apercevoir de la géothermie. Le parc Kuirau est gratuit et l’on peut y voir un lac s’étant formé dans un cratère de volcan, des mares de boues bouillonnantes en raison des gaz carboniques remontant à la surface et des sources d’eaux chaudes. On peut même se détendre lors d’un bain de pied dans cette eau. Mais avant même d’avoir vu tout ça c’est l’odeur enveloppant la ville qui m’a étonnée. Cette ville sent l’oeuf pourri ! En réalité elle sent le souffre qui émane de toutes les petites cavités et cratères à travers la ville.

Un bassin de boue bouillonnante.

Un bassin de boue bouillonnante.

Si vous voulez vous éloigner un peu de cette odeur et de l’activité géothermique, le bord du lac et le parc « Government Gardens » sont agréables pour une promenade. En plus il y a pleins d’oies et de cygnes noirs le long du lac et une belle roseraie à la sortie du parc, juste avant d’arriver devant le Musée de Rotorua. Je n’ai pas visité ce musée car il était fermé pour travaux donc je ne peux pas vous dire ce que vaut la visite mais en tous cas l’extérieur est très beau. Ce bâtiment, qui était à l’origine un établissement thermal, a une architecture bien particulière et très différente de ce que l’on peut voir habituellement en Nouvelle-Zélande. Personnellement j’aime beaucoup, je trouve que cela donne des couleurs à la ville.

Toute cette petite balade est entièrement accessible en fauteuil roulant. Il y a des emplacements de parking réservés au bord du lac sur « Lakefront Drive » et c’est plat tout le long.

Le musée de Rotorua.

Le musée de Rotorua.

Je n’ai pas eu l’occasion de me baigner dans une source naturelle d’eau chaude à Rotorua mais je l’ai fait à Taupo et c’est vraiment une expérience à ne pas manquer. C’était génial ! N’hésitez pas à tenter l’expérience lors de votre passage en Nouvelle-Zélande.

Après avoir fait cette balade nous sommes allés à Whakarewarewa un village maori d’une soixantaine d’habitants construit sur une zone à forte activité géothermique. Toute la vie du village s’organise autour de la géothermie, des bains à la préparation des repas. L’entrée est payante (35$NZ) mais si vous voulez en savoir plus j’en avais parlé dans un précédant article sur la culture maorie ici.

Geyser au village Whakarewarewa.

Geyser au village Whakarewarewa.

Wai-o-tapu, une explosion de couleurs

Impossible de ne pas s’arrêter à Wai-o-Tapu lors d’un séjour sur l’ile du Nord. A seulement 30 kilomètres au sud de Rotorua, Wai-o-Tapu est situé dans une réserve naturelle. C’est un concentré de tout ce qu’il y a de plus étonnant et de plus beau en matière de géothermie. Nous en avons pris pleins les yeux. Nous avons dû du y passer deux fois plus de temps qu’il n’est nécessaire pour le visiter tellement il est difficile de décrocher son regard de toutes ses couleurs et de s’arrêter de prendre des photos !

De la chaleur et des minéraux : voilà le résultat !

De la chaleur et des minéraux : voilà le résultat !

Mais avant de rentrer dans le parc nous sommes allés rendre visite à Lady Knox. Cette Lady est en réalité un geyser qui entre en éruption tous les jours à 10h. Tous les jours à la même heure, il y a de quoi se poser des questions tout de même. Comment se fait t-il qu’un geyser soit si régulier dans ses eruptions ? En réalité on lui donne un petit coup de main en mettant dans sa cheminée des pastilles agissant comme du savon, mais auxquelles ont été retirés tous les éléments chimiques pouvant être nocifs pour la nature. Quelques secondes après avoir renversé ce produit dans la cheminée du geyser, celui-ci rentre peu à peu en éruption. Le jet va atteindre entre 10 et 20 mètres de hauteur et cela peut durer au maximum deux heures. C’est assez impressionnant.

Lady Knox se réveille.

Lady Knox se réveille.

Après cela c’est l’heure d’aller découvrir le parc. Au programme : des cratères, des bassins de boues, pleins de couleurs et toujours cette odeur si particulière de souffre. Dès le début de la balade on découvre une importante cavité dans le sol avec des parois révélant une roche jaune et vert pales. Il y a d’autres cratères ainsi que des bassins à d’autres endroits du parc. Ces trous dans le sol se sont formés lorsque les cratères se sont écroulés tellement le sol est acide. Des vapeurs s’échappent de ces cavités et stagnent aussi au dessus des lacs. Ça sent le souffre à plein nez ! Ces vapeurs viennent même nous envelopper lorsque nous longeons et photographions  la « Champagne Pool ». On aurait presque l’impression d’être passés dans un hammam.

"Devil's Home", le cratère "La maison du diable".

« Devil’s Home », le cratère « La maison du diable ».

La « Champagne Pool » est un cratère de volcan qui mesure 65 mètres de diamètres et 62 mètres de profondeur. La surface de l’eau avoisine les 75°C et frémit en raison des remontées de dioxide de carbone. Au fond du cratère la température peut même atteindre 260°C. Ses bords sont orangés et son centre est turquoise ce qui fait un peu irréel.

Sous le sol il y a plusieurs ruisseaux qui sont chauffés par du magma datant des précédentes éruptions volcaniques. L’eau est si chaude qu’en se frayant un chemin vers la surface elle absorbe tous les minéraux dans les roches et les ramène à la surface. Ces minéraux sont alors absorbés par le sol, ce qui donne toutes ces couleurs si surprenantes. La couleur orangée des bords de la « Champagne Pool » est  donc due à une forte concentration de fer et d’antimoine alors que la couleur turquoise nous indique qu’il y a beaucoup de soufre et de sels ferreux.

Interdiction de se baigner dans cette piscine !

Interdiction de se baigner dans cette piscine !

Je suis épatée par ces couleurs. C’est fou le résultat qu’on obtient avec de la chaleur et des minéraux. Après la « Champagne Pool » je me remets de mes découvertes et avance tranquillement vers la sortie. Je pensais avoir vu l’essentiel du parc mais quelques mètres plus loin m’attendait une autre surprise : un lac vert, très vert. Vert pomme. La couleur est complètement invraisemblable ! On ne devinerait même pas que c’est un lac si je prenais juste le vert en photo ! Ce lac est surnommé le « Bain du démon » et il porte bien son nom. Sa couleur ne donne vraiment pas envie de s’y baigner et c’est tant mieux, car s’il est si vert c’est parce qu’il est plein de soufre et de sels ferreux mélangés aux eaux de la « Champagne Pool ». En quelque sorte c’est une piscine d’acides.

Promis c'est un lac !

Promis c’est un lac !

Pour les personnes en fauteuil roulant il est possible de visiter Wai-o-Tapu. Des places de stationnement réservées sont prévues devant l’entrée principale ainsi qu’au parking d’accès au Geyser Lady Knox. Il y a des toilettes adaptés à l’entrée du parc. Dans le parc il y a trois chemins à suivre si l’on veut tout voir. En fauteuil roulant seul le premier chemin est faisable. Il y a des escaliers sur les deux autres. Ceci dit le plus intéressant semble être sur le premier chemin et en plus l’entrée est gratuite pour les personnes handicapées. Aucune raison donc de se priver de ce show haut en couleurs ! Tout au long de la visite des plateformes de points de vues ont été aménagées pour pouvoir regarder sans gêner la circulation des personnes. Ces plateformes, ainsi que de nombreuses portions du chemin, sont bordées par des barrières en bois pour éviter les incidents du fait de l’instabilité du sol et de la chaleur de l’eau mais malheureusement leur hauteur force les personnes en fauteuil roulant à regarder entre les barreaux. A d’autres endroits les barrières sont plus basses ce qui permet une meilleure visibilité. La « Champagne Pool », par exemple, est parfaitement visible puisqu’elle est entourée de très basses barrières et que le sol est plat à cet endroit.

Un des plateformes point de vue avec les barrières hautes.

Un des plateformes point de vue avec les barrières hautes.

Pour les voyageurs en fauteuil roulant manuel une aide est nécessaire car il y a des montées et descentes raides au début et à la fin. Le sol n’est pas goudronné. Il est donc inégal, un peu poudreux, avec des petites irrégularités mais compact. Certaines portions du parcours se font sur un chemin fait de planches de bois.

 

TAGS
PLUS D'ARTICLES SUR LE SUJET
3 Comments
  1. Répondre

    Leo

    21 mars 2017

    Les couleurs sont surréalistes ! On dirait de la soupe aux tomates et aux asperges. Et si en plus ça sent l’oeuf… délicieux 😍

    • Répondre

      Aurélie

      21 mars 2017

      Oui c’est trop beau ! Vous n’avez pas ce genre de phénomènes au Chili ?

  2. Répondre

    Gash0u

    13 avril 2017

    Les couleurs sont à tombés, on se croirait sur une autre planète!

Laisser un commentaire.

Abonnez-vous !

Pour ne rater aucune de mes aventures, abonnez-vous et recevez une notification pour chaque nouvel article.

Où suis-je ?

Click to open a larger map