Accessibilité Asie Malaisie

Langkawi en fauteuil roulant : entre déceptions et satisfactions

Par on 2 mars 2018

17 juillet 2017. Voilà déjà trois semaines que nous sommes en Malaisie. Nous venons de quitter Penang et nous arrivons sur l’île principale de l’archipel de Langkawi, à l’extrême nord-ouest du pays. Par moment nous sommes tellement proche de la Thaïlande que nos opérateurs mobiles nous souhaitent même la bienvenue dans ce pays !

Les plages de Langkawi

L’île, surnommée  » Le joyaux de Kedah », est réputée pour ces plages de sable blanc, ses eaux transparentes et ses forêts. En plus, nous avions lu qu’elle n’est pas dénaturée par le tourisme alors, après plusieurs jours au cœur des rues animées de Penang nous sommes impatients de nous laisser bercer par le bruit des vagues, loin de toute agitation.

Depuis les hauteurs de Langkawi.

Depuis les hauteurs de Langkawi.

Malheureusement nous déchantons vite. Après s’être installés dans notre hôtel, nous décidons d’aller à pied à la plage principale « Cenang beach », qui est aussi la plus proche. Quelle déception ! Ici le tourisme de masse atteint son apogée. Les magasins de souvenirs s’alignent les uns derrière les autres, les rabatteurs nous appellent à venir découvrir leurs restaurants et de nombreuses touristes se baladent en bikinis en dehors de la plage, en pleine rue… Le charme du mélange des cultures chinoises, indiennes et malaises semble avoir complètement disparu pour laisser place à des produits occidentaux, des magasins duty-free, de la saleté et beaucoup de travaux… pour construire de nouveaux resorts !

Quand à la plage en elle-même, elle n’est pas agréable du tout. Il y a des  bains de soleil à louer et des vendeurs partout. Il y a aussi beaucoup de jet-skis et de banana-boats dans l’eau. C’est loin d’être de tout repos. Nous ne nous installons même pas sur la plage. Nous repartons directement à la recherche d’un autre accès à la plage, dans l’espoir de trouver un endroit plus calme.Nous marchons plus d’un kilomètre mais ne trouvons pas d’autre accès à la plage : tout est bloqué par les hôtels. Nous venons d’arriver et je commence déjà à me demander si nous n’allons pas repartir plus tôt…

La plage de Pantai Kok Langkawi.

La plage de Pantai Kok Langkawi.

Fianlement nous décidons de retourner à l’hôtel prendre la voiture de location et d’aller une peu plus loin sur l’île, à la plage de Pantai Kok Langkawi. Nous avons bien fait de nous éloigner de Cenang Beach : plus de jet-skis à l’horizon. Juste nous deux et quelques malaisiens pour profiter de cette eau si chaude et de cette jolie plage de sable jaune… en compagnie de dizaines de petits crabes ! Ils sont tellement petits et clairs qu’on les voit seulement lorsqu’ils se déplacent. Mais ne vous inquiétez pas, ils ne viennent pas du tout nous embêter. Ils préfèrent fuir quand nous approchons !

Le lendemain nous allons sur une plage un peu plus au nord de l’île : Pantai Rekreasi Kastam. La plage est grande et belle. Face à nous, nous apercevons certains des îlots de l’archipel. C’est la plus belle des plages de Langkawi que nous avons vu pour le moment. En plus il y a un même un petit restaurant où l’on peut manger de très bons nasi goreng végétariens pour pas cher, les pieds dans le sable.
Accessibilité : L’accès à la plage est facile. Il est possible se garer juste devant et il n’y a ni escaliers ni pente. Il n’y a pas d’aménagements spéciaux pour les utilisateurs de fauteuil roulant.
Pantai Rekreasi Kastam et sa vue sur les petites iles.

Pantai Rekreasi Kastam et sa vue sur les petites iles.

Mais finalement ce n’est que la veille de notre départ que nous avons trouvé la plage parfaite ! Cachée tout au nord de l’île, la plage Tanjung Rhu est magnifique. Sable fin (sans crabes!), eau claire et îlots en vue. L’endroit est calme et enclavé et il y a quelques arbres pour se protéger de l’écrasante chaleur malaisienne. Là encore, il y a un petit restaurant où l’on peut manger les pieds dans le sable.
Accessibilité : Il n’y a pas beaucoup de place pour se garer donc il est possible de devoir se stationner un peu plus loin. A certains endroits (près de la plage) il n’est pas facile de progresser en fauteuil roulant car c’est étroit et caillouteux. Néanmoins il n’y a ni marches ni pente pour arriver jusqu’au sable. Il n’y a pas d’aménagements spéciaux pour les personnes en fauteuil roulant.
La plage Tanjung Rhu.

La plage Tanjung Rhu.

Le Langkawi sky bridge

Accessibilité : Pour profiter de la vue sur l’île de Langkawi et son rivage, rien de mieux que de se rendre au sommet du mont « Gunung Machinchang » qui culmine à 708 mètres. Pour arriver là vous devrez prendre le sky cable (téléphérique) qui coute 55MYR pour un adulte non malaisien. Il n’y a pas, à proprement parler, de tarif spécial pour les personnes handicapées mais l’on passe par « file expresse » sans payer le supplément habituellement demandé.
Tout de suite après avoir passé les caisses et les files d’attente, il y a une plateforme élévatrice qui permet de rejoindre l’endroit où l’on monte à bord des nacelles du sky cable. Il faut d’ailleurs faire très attention en montant dans celles-ci car elles sont seulement ralenties et pas arrêtées. L’exercice n’est pas forcément évident. Le sky cable s’arrête à un niveau intermédiaire et au sommet mais, pour les utilisateurs de fauteuil roulant, il est impossible de descendre au niveau intermédiaire.
Une fois arrivés tout en haut il y a des escaliers pour accéder au point de vue et au skybridge. La seule solution est de prendre le skyglide qui coûte 15MYR par personne. De nombreux valides décident aussi de l’emprunter à la place de prendre les escaliers donc le temps d’attente peut être assez long. Il n’y a pas de priorité pour les personnes handicapées. 
En ce qui concerne les sanitaires,  il y a des toilettes pour personnes à mobilité réduite entre l’entrée au skycable et du skydome (50cts) mais on ne peut pas dire qu’ils soient réellement accessibles en fauteuil roulant puisqu’un transfert latéral est impossible. 
La plateforme élévatrice : première étape pour accéder au sky bridge.

La plateforme élévatrice : première étape pour accéder au sky bridge.

Une fois arrivés sur le pont la vue est vraiment top ! On voit les reliefs de l’île, le beau bleu de la mer et certaines des 99 îles de l’archipel. Le panorama est magnifique et la seule vue du pont en lui-même est déjà impressionnante.  Je dois avouer que j’ai eu un moment de doute et d’appréhension avant de m’engager sur ce pont suspendu 55 mètres au dessus de la vallée !
Pas le moment d'avoir le vertige !

Pas le moment d’avoir le vertige !

Mangroves, faune et flore de Langkawi

Pour notre dernier jour à Langkawi  nous décidons de partir en excursion en bateau dans les mangroves de l’île pour découvrir sa faune et sa flore.
Accessibilité : Autant vous le dire tout de suite : cette activité n’est pas du tout adaptée. J’ai dû marcher, monter et descendre des escaliers et me transférer à plusieurs reprises. De plus les navettes venant nous chercher et nous ramener à l’hôtel ne sont pas du tout aménagées. Idem pour les sanitaires sur le lieu de départ du bateau. A la fin de la journée j’étais bien fatiguée mais ça en valait la peine !
C'est parti !

C’est parti !

Nous à peine arrivés sur le lieu de l’embarquement que nous apercevons déjà un varan malais, une sorte de petit dragon de Komodo. La journée s’annonce bien !
Quelques minutes plus tard c’est déjà le premier stop : une grotte de chauves-souris. Après avoir marché sur une centaine de mètres, nous rentrons dans une grotte dont le plafond est recouvert de chauves-souris. Il y en a des centaines ! Notre guide profite de l’occasion pour nous apprendre quelques détails surprenants sur ces animaux. Par exemple, saviez-vous que pour identifier leur progéniture plus facilement les parents leur urinent dessus ? Ou encore que si les chauves-souris sont sur deux pattes quand elles sont accrochées au plafond c’est qu’elles dorment et que si elles ne se tiennent que par une pâte c’est qu’elles sont à l’affût ?
Alors qui dort et qui ne dort pas ?

Alors qui dort et qui ne dort pas ?

Une fois que nous avons traversé cette  grotte, nous pouvons nous promener dans la mangrove sur un chemin en planches de bois. Pendant cette balade nous voyons un petit serpent dangereux et de nombreux singes espiègles (attention aux lunettes et appareils photos).
Nous retournons ensuite au bateau et, au fur et à mesure que nous nous enfonçons dans les mangroves, nous voyons de plus en plus d’aigles nous survoler. Nous apercevons également des serpents dans les arbres et des crabes aux formes et couleurs surprenantes. Certains sont de couleur bleue métallique et d’autres ont une pince qui fait presque la taille de leur corps ! Parait-il que cela attire les femelles !
Ces serpents s'installent dans les arbres, attendent que la marée monte et attrapent les poissons.

Ces serpents s’installent dans les arbres, attendent que la marée monte et attrapent les poissons.

Après une pause déjeuner dans un restaurant flottant dans un très joli cadre (mais pas accessible du tout !), nous visitons des bassins à poissons. L’occasion d’observer des mérous, des bars et des raies avant de traverser de nouveaux les mangroves puis de retourner à notre hôtel pour préparer nos valises. Demain une longue journée de transport nous attend avant de rejoindre la côte est du pays et ces merveilleux sites de plongée et de snorkelling !

Accessibilité à Langkawi

  • Rejoindre l’île de Langkawi : Pour aller à Langkawi il faut monter à bord d’un bateau mais malheureusement ce n’est pas accessible aux personnes en fauteuil roulant. Il faut être capable de marcher où accepter de se faire porter. A l’arrivée sur l’île de Langkawi il y a des toilettes pour personnes handicapées dans le terminal du ferry (voir galerie de photos). Lors de l’achat de votre titre de transport, pensez à demander un tarif pour personne handicapée (oku) même si ce tarif n’est renseigné nul part. Vous paierez 10MYR à la place de 18MYR (depuis Kuala Perlis).
Un fauteuil ne passe pas sur la passerelle et il y a une marche à l'entrée du bateau.

Un fauteuil ne passe pas sur la passerelle et il y a une marche à l’entrée du bateau.

  • Transports : Il n’y a pas de transports en commun sur l’île. Il faut louer un véhicule en arrivant mais je n’ai vu aucun véhicule adapté. N’hésitez pas à marchander le prix. Pour vous donner une idée nous avons paye 50MYR par jour pour une petite voiture avec une boite manuelle.
  •  Voirie : Les trottoirs sont parfois en mauvais état et encombrés. Les abaissements des trottoirs sont aussi parfois endommagés,  rendant l’accès au trottoir impossible. Dans ces cas là il faut donc rouler sur la route.
TAGS
PLUS D'ARTICLES SUR LE SUJET

Laisser un commentaire.

Abonnez-vous !

Pour ne rater aucune de mes aventures, abonnez-vous et recevez une notification pour chaque nouvel article.