Anne et Jérémy.
Destinations Ile du Nord Nouvelle-Zélande

Premier helpX : chez Anne à Kawerau

Par on 3 octobre 2016

Après deux semaines en Nouvelle-Zélande à faire les papiers nécessaires et à vadrouiller dans le Northland, la vraie immersion dans la vie des kiwis était sur le point de commencer. Nous nous rendions à notre premier helpX, chez Anne à Kawerau. A ce moment là je suis un peu nerveuse : nous allons passer deux semaines dans une famille que nous ne connaissons pas. J’espère que nous allons bien nous entendre.

Lors de notre arrivée, Anne n’est pas là. Elle s’est trompée et pensait que nous arrivions le lendemain. Un coup de téléphone et dix minutes plus tard elle est de retour chez elle pour nous accueillir avec un grand sourire, ses six chiens et ses deux chats ! Ce commencement reflète bien les deux semaines qui nous attendent : chaleureuses mais déstructurées ! Nous faisons aussi la connaissance de Jasper et Gracie, les deux enfants d’Anne, âgés respectivement de deux et quatre ans. Anne nous présente aussi son mari Stephen… par skype. Il travaille en Australie et, du coup, il n’est que très rarement auprès de sa famille. Le reste de la soirée passe rapidement : nous faisons connaissance autour d’un repas et que nous discutons des modalités de travail.

Le travail

Anne n’étant pas une personne organisée, elle n’a pas vraiment décidé ce que nous allons faire pendant notre séjour chez elle. Elle nous expose les différents travaux qui sont à faire et nous laisse choisir en fonction de nos envies. Elle est très flexible. Nous pouvons choisir entre travailler la moitié de la journée ou travailler une journée entière pour avoir un jour de repos le lendemain. Elle nous propose même de modifier nos temps de travail en fonction de la météo si besoin. Aujourd’hui il pleut donc nous préférons travailler pour profiter du soleil demain alors que ce n’est pas ce qui était prévu : pas de problème ! C’est vraiment bien de pouvoir fonctionner comme ça : les beaux jours en hiver on ne veut pas les rater !

Le travail à la ferme.

Le travail à la ferme.

Le revers de cette liberté ? Le manque d’organisation. J’ai tendance à planifier à l’avance toutes les tâches que je dois accomplir. Avec Anne impossible de fonctionner comme ça. On se lève le matin et on décide ce que l’on fait au fur et à mesure de la journée. Souvent même on commence à faire autre chose avant d’avoir terminer le travail commencé. Pas facile pour moi de travailler de cette façon là mais c’est un très bon exercice pour apprendre à s’adapter et à vivre en communauté ! Et après tout le but du helpX c’est aussi ça : découvrir et partager la façon de vivre de nos hôtes.

Durant notre séjour chez Anne nous avons effectué pleins de taches différentes : s’occuper des enfants, classer des papiers et des courriers entassés depuis cinq ans, trier les vêtements que les enfants ne portent plus pour les revendre, faire du nettoyage (vitres, cuisine, voiture), déplacer les bottes de foin dans les prés.

Ces deux semaines auront aussi été très formatrices. Franck a construit des escaliers d’extérieur, réparé un lavabo qui fuyait et refait une partie abimée d’un plafond. De mon côté j’ai appris comment reteindre des canapés en cuir avant de les revendre. Sympa à faire ! Nous avons aussi découvert un peu le monde de la ferme puisque que j’allais nourrir les veaux de temps en temps avec un autre helper et que Franck devait apporter le foin aux chevaux tous les matins. Et je peux vous dire qu’il ne faisait pas le malin face au plus jeune des chevaux qui lui sautait dessus dès qu’il arrivait !

Première tentative de teinture du canapé.

Première tentative de teinture du canapé.

Les rencontres

Le helpX chez Anne c’était aussi beaucoup de partage, d’échanges et rencontres. Pendant ces deux semaines nous avons fait la connaissance de deux amis maoris d’Anne qu’elle a embauchés pour l’aider dans les travaux de la ferme. Ces deux gars, on a pas envie de les embêter ! Même s’ils ne sont plus tout jeunes, ils sont toujours bien costauds ! Heureusement ils ne sont pas méchants et quel plaisir de les entendre demander un « coffee » avec leur accent maori ! J’adore !

Nous avons aussi fait la connaissance d’Alan, un jeune maori de 14 ans. Son père étant en prison et sa mère ne s’occupant pas vraiment de lui, Anne l’a recueilli dans sa famille pendant deux ans. A l’âge de 9 ans, alors qu’il ne la connaissait pas, il est arrivé chez elle à dos de cheval et lui a demander de l’aide. Maintenant il revient voir Anne quant il a besoin de conseils et d’être remis sur le bon chemin. Malgré son côté mauvais garçon, il est touchant ce p’tit mec à se battre contre lui-même et ses mauvais penchants (gang, drogues).

Et surprise ! Au milieu de tous ces kiwis nous avons trouvé un frenchy ! Jérémy avait fait du helpX chez Anne pendant deux mois et était reparti la veille de notre arrivée mais il n’a pu s’empêcher de revenir ! C’est un super gars ! Nous avons bien ri. Surtout le soir où Anne a décidé de nous couper les cheveux !

Heureusement Anne est une ancienne coiffeuse !

Heureusement Anne est une ancienne coiffeuse !

Anne est une personne très généreuse qui veut aider les gens quand elle le peux. Alors quand elle a compris que les balades en forêt en fauteuil roulant c’est compliqué elle nous a tout de suite mis en contact avec son ami Steeve. Steeve est réparateur de radiateurs de voitures et fan inconditionnel des Jeep ! C’est un sacré bricoleur qui a le coeur sur la main. Anne lui a raconté notre aventure en Nouvelle-Zélande et lui a demandé si, à partir de la roue avant d’une poussette à trois roues, il pouvait faire un système de roue « clipsable » sur mon fauteuil roulant. Ainsi, je pourrais me déplacer plus facilement sur les sols irréguliers. L’idée est que les petites roues avant du fauteuil roulant ne touchent plus le sol car se sont elles qui bloquent tout le temps. Après plusieurs jours de travail il nous livre cette nouvelle roue toute brillante pour un prix dérisoire. Verdict : le fauteuil est moins maniable seul. Par contre plus besoin de se mettre en roues arrières sur les sols de forêts si Franck me pousse. Nos aventures dans le bush vont être plus faciles. Quelques semaines plus tard nous testons à la plage. Grosse déception ! Trop de poids sur les roues arrières. C’est encore pire. Ce n’est pas aujourd’hui que je vais faire une longue balade sur sable… Mais bon c’était une sacrée expérience ! C’est ça aussi d’être une exploratrice à roulette !

De bons moments ensemble 

Cette première en helpX m’a réellement convaincue que c’est la meilleure façon de découvrir un pays ! Ça fait vraiment du bien de partager et d’apprendre à se connaitre. Partager un repas, dévorer un bac de crème glacée, regarder un film, rater une pavlova, jouer au backgammon et au rummy : j’ai aimé vivre tous ces petits moments qui peuvent sembler anodins.

Une partie de Backgammon avec Jérémy.

Une partie de Backgammon avec Jérémy.

Anne a toujours souhaité nous inclure au maximum dans les activités de famille. Un jour nous sommes allés tous ensembles sur le mont Edgecumbe (Putauaki en maori) faire une walk jusqu’aux Tarawera Falls, des cascades d’eau. On a attaché le fauteuil sur le toit de la voiture pour réussir à y faire entrer tout le monde et hop, en route ! Heureusement le système d’attache a résisté malgré la gravel road (route sans revêtement) !

Après une petite marche tous ensemble nous arrivons à la cascade. Comme c’est beau ! Nous pique-niquons face à ces chutes d’eau puis les garçons partent ensemble jusqu’au sommet. Pour Jasper se sera sa première ascension d’un volcan ! Et oui, à dos de Franck tout est possible ! Pendant ce temps là nous sommes allées entre filles jusqu’au lac Tarawera où nos randonneurs nous ont rejoint. Il est déjà l’heure de rentrer. J’ai adoré cette journée !

Et voilà tout le monde !

Et voilà tout le monde !

TAGS
PLUS D'ARTICLES SUR LE SUJET

Laisser un commentaire.

Abonnez-vous !

Pour ne rater aucune de mes aventures, abonnez-vous et recevez une notification pour chaque nouvel article.