Accessibilité Asie Destinations Indonésie

Makassar : premiers pas en Indonésie en bonne compagnie

Par on 2 septembre 2017

7 août 2017 : je pose mes roulettes pour la première fois en Indonésie. Non je ne suis pas à Bali mais bel et bien en Sulawesi, une ile bien plus grande mais beaucoup moins connue de l’archipel. Après quarante minutes de route depuis l’aéroport Franck et moi arrivons dans le centre de Makassar. Depuis l’intérieur du taxi nous découvrons avec surprise les rues bondées et désordonnées de la plus grande ville de l’ile. Deux-roues et voitures grouillent dans tous les rues, ça double à droite, à gauche, de toute façon il n’y a pas vraiment de files ! Voitures et scooters traversent les intersections dépourvues de feux de signalisation la plupart du temps, seulement aidés par un agent de circulation qui souffle sans arrêt dans son sifflet, seul au milieu de cette cohue de véhicules… Et tout cela au son des klaxons incessants ! Whaou la Sulawesi c’est autre chose ! A côté Kuala Lumpur semble presque calme !

Après avoir déposé nos affaires à l’hôtel et nous être reposés un peu nous sortons nous balader dans les rues alentours. Assez régulièrement nous nous faisons héler par les locaux au son d’un « Hey mister! ». Homme ou femme se sera « Hey Mister! ». Si nous répondons ils nous demandent alors d’où nous venons et où nous allons. En effet il n’y a pas tant que ça de touristes dans les rues de Makassar. La plupart des voyageurs vont directement de l’aéroport vers Tana Toraja mais ne prennent pas le temps de visiter Makassar. Certains locaux sont donc contents de nous voir, surtout les enfants. Bien entendu c’est aussi l’occasion pour eux d’essayer de nous vendre les services d’un taxi, bentor ou des activités touristiques. Nous refusons poliment. Après quelques temps à errer dans les rues la nuit est tombée et la ville dévoile un autre visage tout aussi animé et encore plus coloré : de nombreux petits vendeurs de rues ont ouvert leurs stands le long des rues et les bentors sont maintenant illuminés par des néons comme des véhicules de fêtes foraines !

Franck n'a pas la taille adéquate pour ce genre de stand.

Franck n’a pas la taille adéquate pour ce genre de stand.

Après cette journée riche en découvertes il est maintenant temps d’aller se coucher et de reprendre des forces. Le lendemain nous allons rencontrer Kerstin et Maureen d’ « Accessible Indonesia » , agence de voyage spécialisée dans les voyages pour personnes à mobilité réduite en Indonésie (Sulawesi, Java, Bali).

Le lendemain nous retrouvons donc Kerstin et Maureen en début de matinée. Toutes deux nous attendent avec un grand sourire prêtes à nous faire découvrir la ville et les environs, plus précisément Fort Rotterdam et Benteng Somba Opu.

Fort Rotterdam

Fort Rotterdam est un site qui a été construit au 16ème ou 17ème siècle, la date étant toujours débattue. Suite à la guerre de Makassar, les Néerlandais en ont pris possession et l’ont transformé en fort. Telle que nous pouvons la voir aujourd’hui, l’enceinte regroupe plusieurs bâtiments de l’époque coloniale, des ramparts et une cour. Le tout est plutôt bien entretenu.

Vue sur la cour depuis l'entrée.

Vue sur la cour depuis l’entrée.

La cour extérieure est revêtue de pavés. Ceux-ci sont réguliers et plats donc il est assez facile de s’y déplacer en fauteuil roulant. Cependant le plus intéressant est de monter sur les ramparts mais seule une toute petite partie est accessible en fauteuil roulant  avec l’aide d’une autre personne pour pousser le fauteuil en montée et le retenir en descente. Pour accéder au reste des ramparts il faut monter une pente très inclinée, pavée et très endommagée : mission impossible en fauteuil roulant. Concernant le stationnement il n’y a pas d’emplacement réservé devant le fort mais il est possible pour les personnes à mobilité réduite de se garer à l’intérieur de la cour. Aucune panneau ne mentionne cette possibilité mais, d’après le manager du fort, en expliquant la situation aux gardes à l’entrée vous pourrez vous garer à l’intérieur.

Voila la seule partie accessible des remparts, seulement quelques mètres.

Voila la seule partie accessible des remparts, seulement quelques mètres.

A l’intérieur du fort on trouve aussi un musée sur la culture et l’Histoire de la Sulawesi du sud. Il est divisé en deux bâtiments, un de chaque coté de l’entrée du fort. On peut y voir des maquettes de bateaux d’époques, des outils et des matériaux utilisés pour les construire ainsi que des portraits des intellectuels qui ont marqué l’Histoire de la Sulawesi du sud. C’est assez sommaire. Je n’y ai pas trouvé un grand intérêt. Malheureusement il y a seulement quelques explications en Anglais, les autres étant en Indonésien. Sans doute aurais-je trouvé cette visite plus intéressante si j’avais eu accès à ces informations… et aux étages supérieurs !

En effet chaque partie du musée est sur deux étages mais je n’ai pu visiter que le rez-de-chaussée des deux bâtiments car les étages ne sont accessibles que par des escaliers. De toute façon il n’est pas dit qu’une personne en fauteuil roulant puisse accéder aux rez-de-chaussée des bâtiments. Pour moi cela n’a été possible qu’en roulant seulement sur mes roue arrières et avec l’aide de Franck, Maureen ou Kerstin. En effet pour entrer dans la partie du musée se situant à droite de l’entrée du fort (en faisant face à la cour) il faut déjà parvenir à monter sur le trottoir. Pour monter dessus il y a une petite rampe qui se termine sur une marche !

La rampe et la marche pour accéder au trottoir.

La rampe et la marche pour accéder au trottoir.

Une fois sur ce trottoir pour commencer la visite du musée il faut monter un escalier puis visiter l’étage et redescendre. Plutôt que de faire ça vous avez la possibilité de rentrer par la sortie après avoir demandé l’autorisation. Mais même en passant par là il y aura un rebord de quelques centimètres à passer… L’entrée de l’autre bâtiment n’est pas plus accessible. Il y a un trou d’une vingtaine de centimètres pour accéder au trottoir et après il y a encore deux marches.

La sortie pouvant servir d'entrée.

La sortie pouvant servir d’entrée.

Vous l’aurez donc deviné je n’ai pas été séduite par Fort Rotterdam. Mais comme le hasard fait bien les choses nous avons eu la chance de voir un tournage pendant notre visite du fort ! Apparemment il s’agit d’un film d’époque sur l’intégration de la communauté chinoise en Sulawesi. Même si nous avions déjà vu un tournage lors d’une balade en Australie, j’ai trouvé ça toujours aussi sympa de regarder le décor se mettre en place, les acteurs se faire maquiller et revêtir leurs costumes et ensuite de voir la scène être tournée.

Un petit jus pour se rafraîchir avant la première prise.

Un petit jus pour se rafraîchir avant la première prise.

Après la visite nous avons rencontré le manager du fort pour lui souligner les problèmes d’accessibilité rencontrés et lui soumettre des idées de modifications à apporter dans le futur. J’espère que discussion portera ces fruits pour qu’Indonésiens et autres touristes puissent un jour visiter les lieux facilement en fauteuil roulant. Ce n’est pas gagné mais je sais que Kerstin ne lâchera pas l’affaire !

C'est l'heure du debrief !

C’est l’heure du debrief !

Benteng Somba Opu

A l’origine Benteng Somba Opu était un projet porté par des universitaires. Il s’agissait de construire une maison traditionnelle de chaque region de Sulawesi du sud en se basant sur des manuscrits anciens. Ces maisons devaient être habitées par des artistes, des scientifiques de tous pays. Le but était de créer un parc présentant l’Histoire de la Sulawesi du sud, notamment à travers les habitations, et d’y attirer les touristes. Malheureusement cet objectif n’a jamais été atteint et encore aujourd’hui quasiment aucun touriste ne prend le temps de venir visiter ce parc. Les gouvernants qui logeaient dans ces maisons traditionnelles ne vivent plus ici maintenant et, par conséquent, les bâtisses ne sont plus entretenues. Seul le bâtiment de style colonial Néerlandais, abritant un petit musée, est encore en bon état.

Maison traditionnelle de la région de Luwu.

Maison traditionnelle de la région de Luwu.

Au final si je n’ai pas été charmée par Fort Rotterdam j’ai bien aimé la balade à Benteng Somba Opu. Plutôt que de filer directement en direction de Tana Toraja, découvrir ce village le temps d’une demie-journée est une bonne idée. Cela nous a donné un aperçu de ce qui nous attendait et surtout nous avons beaucoup appris sur l’Histoire de Makassar et de la Sulawesi du sud grâce à notre super guide. En effet je pense que sans guide le site perd beaucoup de son intérêt car il n’y a aucune information en anglais et vous ne serez donc pas en mesure de bien comprendre ce que vous verrez. Si vous le souhaitez vous pouvez contacter Kerstin d’Accessible Indonesia elle saura vous mettre en relation avec le guide qui nous a fait visiter les lieux en nous donnant plein de détails et d’anecdotes. Nous avons notamment appris que, dans certaines région de Sulawesi du sud, il est préférable de construire les toits des habitations en bois plutôt qu’en tuile, la tuile étant faite de terre. Or seuls les morts dorment sous de la terre. Dans d’autres régions les toits sont constitués de plusieurs strates (de une à cinq) qui représentent le statut social et la richesse de la famille vivant dans la maison. Plus il y a de niveaux plus la famille est riche.

Ce toit a trois niveaux appartient à une famille aisée.

Ce toit à trois niveaux appartient à une famille relativement aisée.

En se baladant dans Benteng Somba Opu il est également possible de  voir à plusieurs endroits les vestiges d’un mur construit pour protéger Makassar, notamment des attaques des Néerlandais qui voulaient contrôler la ville  en raison de son emplacement stratégique pour le commerce des épices. Grâce à ce mur de briques très épais, la ville de Makassar a résisté très longtemps à l’assaut des canons Néerlandais, ces derniers étant inefficaces. La seule solution a été pour ces colons européens de creuser un trou tout près du mur et de tout faire exploser.

Aujourd'hui il n'est plus question de protection mais plutôt d'amusement !

Aujourd’hui il n’est plus question de protection mais plutôt d’amusement !

En plus de découvrir l’Histoire de la région cette balade a aussi été l’occasion de faire connaissance avec les locaux. En effet comme il n’y a quasiment aucun touriste, le contact avec la population est beaucoup plus facile, notamment avec les enfants qui semblaient contents de nous voir. Dès que nous sommes arrivés les enfants sont venus près de nous et nous ont accompagnés durant toute notre balade. On a même eu le droit à des séances photos !

Un nouveau boys-band est né !

Un nouveau boys-band est né !

Côté accessibilité, les chemins sont majoritairement recouverts de pavés réguliers. Il est donc facile de les arpenter en fauteuil roulant à l’exception de certains endroits où les pavés sont endommagés. La visite s’est donc bien passée. D’autant plus que Maureen et Kerstin gardaient toujours un oeil attentif afin d’anticiper les obstacles. Pour ceux qui le souhaitent (et le peuvent)  il est possible d’entrer dans les maisons mais malheureusement il y a tout le temps des marches à l’entrée.

Et voilà l'intérieur !

Et voilà l’intérieur !

Accessibilité à Makassar

Enfin je profite de cet article pour vous faire part de mes impressions sur l’accessibilité générale de Makassar.

Se déplacer en fauteuil roulant dans les rues de Makassar n’est pas évident. Il est quasiment impossible de rouler sur les trottoirs car ceux-si ne disposent pas d’accès et sont encombrés par des marchandises ou des véhicules. Néanmoins certains trottoirs ont été refaits plus récemment. Il y a des abaissements pour y monter et en descendre et ils sont très larges. Il y a même un marquage au sol pour les déficients visuels. Traverser la rue peut être assez effrayant au début : il n’y a pas tout le temps de passages piétons et quand il y en a ils ne sont pas forcément accessibles. De plus, même s’il y a quelques fois des feux de circulation, les véhicules ne s’arrêtent pas toujours. Le mieux est de trouver un agent de circulation ou un local qui vous aidera à vous frayez un chemin en stoppant les voitures et scooters.

Il n’y a pas de sanitaires adaptés en ville et je n’en ai pas vu dans les restaurants. En Sulawesi la quasi-totalité des toilettes publiques sont similaires à des toilettes turques. Ils ressemblent à ça !

Début d'une portion de trottoir refaite récemment.

Début d’une portion de trottoir refaite récemment.

Côté hébergement nous avons séjourné à l’hôtel Pesonna. Il dispose d’une grande rampe assez raide pour y accéder mais avec quelqu’un pour vous pousser ça passe sans problème. En descente une aide n’est pas nécessaire. La chambre double que j’avais réservée était assez spacieuse pour se déplacer en fauteuil roulant. Il n’y a pas de siège de douche, la salle de bain est étroite mais il n’y a pas d’élévation du sol empêchant de rentrer dedans en fauteuil. Je pouvais donc entrer dedans avec mon fauteuil mais je devais ressortir en marche arrière car l’espace est insuffisant pour faire demi-tour. Le personnel est bienveillant et le petit-déjeuner est très bon.

Enfin voilà quelques adresses pour se restaurer à Makassar :

  • Waroeng Steak : 180 Jalan Cendrawasih. Petit restaurant où l’on peut manger de la viande pour pas cher. Il y a une marche à l’entrée donc en fauteuil électrique ce n’est pas possible.
  • Le long de la plage « Pantai Losari »  il y a plusieurs petits étals de nourriture. Vous y trouverez principalement de la banane cuisinée. C’est l’endroit parfait pour goûter un « pisang epe » : des bananes poêlées au sucre de palme puis badigeonnées de chocolat et de fromage si vous le souhaitez. Une spécialité locale ! Seul les stands des extrémités sont accessibles en fauteuil roulant car après c’est trop encombré pour pouvoir circuler.
  • Kampoeng Popsa : 4 Jalan Ujung Pandang. Ce food-court se trouve en face de Fort Rotterdam et propose un large choix de plats indonésiens. La vue sur le port et la petite brise en font un endroit agréable. Il y a un petit rebord à l’entrée mais on circule très facilement en fauteuil roulant une fois à l’intérieur.
  • Mall Ratu Indah : 35 Jalan Lanto Daeng Pasewang. Ce centre commercial est entièrement accessible. Vous y trouverez restaurants et fast-food.

 

TAGS
PLUS D'ARTICLES SUR LE SUJET

Laisser un commentaire.

Abonnez-vous !

Pour ne rater aucune de mes aventures, abonnez-vous et recevez une notification pour chaque nouvel article.