Accessibilité Indonésie

Découvrir les merveilles de Bali en fauteuil roulant

Par on 1 août 2018

Bali est l’une des destinations asiatiques qui attirent le plus de touristes chaque année. Beaucoup plus que le reste de l’Indonésie. A un tel point que de nombreuses personnes ne savent pas que l’île fait partie de l’Indonésie et n’est pas un pays. Après nos déboires aux îles Gili, je dois avouer que Franck et moi redoutions d’être à nouveau confrontés à l’impact négatif du tourisme de masse mais pas du tout ! Certes il y a du monde mais nous avons quand même beaucoup apprécié de découvrir les trésors de cette magnifique île. Temples hindous, palais royaux, volcans majestueux et rizières en terrasse : chaque jour nous nous sommes émerveillés devant de nouvelles beautés balinaises.

Ujung Water Palace, avec Franck et ma sœur Alicia.

Ujung Water Palace, avec Franck et ma sœur Alicia.

Visiter les temples de Bali en fauteuil roulant

Lorsque nous sommes arrivés à Bali, après plusieurs semaines passées à voyager en Malaisie et à découvrir ce pays musulman, nous avons tout de suite été transportés dans une nouveau décor. L’hindouisme est présent à chaque coin de rue. Dans les actes du quotidien et dans les bâtiments qui nous entourent. Et la manifestation la plus évidente de cette religion est bien sûr la présence de très nombreux temples hindous un peu partout. Alors après avoir visité deux célèbres temples sur la côte sud de Bali, nous sommes partis à la découverte d’autres temples à seulement quelques kilomètres d’ Ubud.

Goa Lawah, le temple des chauves-souris

Après le temple des singes, nous voilà au temple des chauves-souris. Son nom signifie d’ailleurs la grotte des chauves-souris. Le temple est en effet construit à flanc d’une grotte abritant des centaines de chauves-souris.

Chauves-souris, à l'entrée de la grotte du temple Goa Lawah.

Chauves-souris à l’entrée de la grotte du temple Goa Lawah.

Cette grotte a inspiré de nombreuses histoires. Certaines légendes racontent que la grotte héberge une rivière souterraine et un serpent géant. Il parait aussi qu’autrefois un tunnel reliait ce temple à celui de Besakih situé à une trentaine de kilomètres de là mais le tunnel aurait été obstrué suite à un tremblement de terre. Alors mythe ou réalité ? Nous ne nous sommes pas aventurés dans la grotte durant notre visite mais ce qui est sûr c’est qu’il y a au moins un serpent de plusieurs mètres !

Serpent au temple Goa Lawah.

Serpent au temple Goa Lawah.

Accessibilité :

Le temple n’est pas accessible en fauteuil roulant. Il y a des marches pour accéder à la billetterie. Il y a également des séries de 3/4 marches pour entrer dans l’enceinte du temple puis dans la partie consacrée aux prières. Une fois les marches franchies il est facile de circuler en fauteuil roulant à chaque niveau.

Temple Goa Lawah, Bali.

Temple Goa Lawah, Bali.

Le temple de Besakih

En réalité ce n’est pas un temple mais un complexe de 23 temples réunis. C’est donc le plus grand temple de Bali et aussi le plus important pour les Balinais qui le surnomment le temple-mère. Seul le temple principal « Pura Penataran Agung » est public et peut se visiter. Tous les autres sont des temples privés dont l’accès est réservé à la famille.

Au pied du temple Besakih à Bali avec Franck et ma sœur.

Au pied du temple Besakih à Bali avec Franck et ma sœur.

Le complexe, construit sur la colline, est vraiment impressionnant. Les temples s’élèvent sur six niveaux de terrasses et les portes d’entrées, encadrant un escalier magistral, soulignent d’emblée la majestuosité et l’importance des lieux. Depuis le sommet la vue sur le mont Agung est, parait-t-il, époustouflante.

Les nombreuses marches qui mènent au sommet m’ont empêchée d’y parvenir mais ma frustration s’est vite envolée lorsque j’ai aperçu une procession haute en couleur s’approcher de nous. De nombreux Balinais, tous vêtus de blanc et les bras chargés d’offrandes, se dirigeaient vers le sommet. Certains affichaient des visages fermés et pensifs alors que d’autres souriaient pendant que les jeunes enfants couraient en riant. D’après notre guide, il s’agissait d’un enterrement.

Funérailles au temple Besakih, Bali.

Funérailles au temple Besakih, Bali.

Ce temple étant très touristique, de nombreux visiteurs sont victimes d’arnaques à leur arrivée sur les lieux. Par exemple de nombreux « guides » proposent des tarifs exorbitants ou se vantent d’avoir la possibilité de vous faire visiter un des temples privés alors que ce n’est pas possible. Lorsque nous y sommes allé nous avons eu recours aux services d’un conducteur toute la journée qui nous a amené sur plusieurs lieux touristiques et nous a accompagné durant les visites. Tout c’est très bien passé et nous avons pu bien échanger avec lui, en apprendre plus sur la culture locale et les lieux que nous visitions. Je vous conseille donc d’opter pour cette solution car cela vous évitera de possibles désagréments.

Avec notre guide à Bali.

Avec notre guide à Bali.

Accessibilité :

Au temple Besakih l’accessibilité n’est pas au rendez-vous non plus. Il est possible de se rendre en voiture au pied du temple et de profiter d’une très belle vue sur le temple mais malheureusement la suite n’est qu’escaliers. En effet ce temple est le moins accessible que j’ai visité à Bali. Il est tout simplement impossible de se promener autour de temple en fauteuil roulant, de découvrir les petits temples annexes et d’admirer la vue depuis le sommet sans franchir de nombreuses marches.

Tirta Empul, le temple de l’eau

Le temple de Tirta Empul abrite une source d’eau sacrée qui, selon les croyances balinaises, aurait des vertus magiques et curatives. De nombreux locaux viennent ici pour se purifier dans le bassin receuillant la source et beaucoup de touristes prennent plaisir à s’initier à ce rituel imposant de se mouiller sous chaque fontaine après avoir déposé une offrande. Il cependant interdit de se mouiller sous deux des jets d’eaux car ceux-ci sont réservés aux rituels de purifications des morts.
Le bassin de purification au temple Tirta Empul.

Le bassin de purification au temple Tirta Empul.

Ce temple et son rituel ont été de très belles découvertes. Malgré la fréquentation touristique, Tirta Empul continue de bénéficier d’une atmosphère particulière où le respect des traditions et des croyances essaie de cohabiter en équilibre avec la curiosité et  l’exploitation touristique des lieux. C’est, sans aucun doute, l’un des lieux que j’ai préféré à Bali.
Les locaux doivent composer avec les nombreux touristes prenant part au rituel.

Les locaux doivent composer avec les nombreux touristes prenant part au rituel.

Derrière le bassin de purification, l’ambiance est plus calme. Peu de touristes semblent prendre le temps d’apprécier la beauté des pagodes et temples hindous qui entourent d’autres bassins où  nagent de nombreuses carpes.

Sans doute le premier bain de purification de ce jeune garçon.

Sans doute le premier bain de purification de ce jeune garçon.

Accessibilité :

Le temple Tirta Empul est également une très belle surprise en terme d’accessibilité. Il est possible d’accéder partout en fauteuil roulant, excepté dans le bain sacré et il y a une toute petite marche (voir dernière photo dans la galerie) juste avant d’accéder au « point de vue » sur le bassin de purification. Les rampes sont parfois un peu raides mais elles ont le mérite d’exister.
Quand vous entrez dans le temple prenez le chemin de droite puis celui de gauche. De là vous roulerez jusqu’à un petit endroit surélevé d’où l’on peut très bien observer les bains de purification.
Vue parfaite sur le bassin de purification de Tirta Empul, même en fauteuil roulant.

Vue parfaite sur le bassin de purification de Tirta Empul, même en fauteuil roulant.

Palais, volcans et rizières : les autres trésors de Bali

Tirta Gangga et Ujung Water Palace

Outre ces nombreux temples hindous, Bali regorge de très beaux paysages à découvrir et de quelques palais à explorer tels que l’ancien palais royal Tirta Gangga et Ujung Water palace. Mais ne vous attendez pas à visiter des palais majestueux, il s’agit surtout d’endroits où l’on se balade dans de très beaux parcs au milieu d’espaces verts et de bassins d’eau.
Ujung water palace, Bali.

Ujung Water Palace, Bali.

A Tirta gangga on peut flâner tranquillement autour d’un bassin de nénuphars et donner à manger aux poissons dans l’eau. Et je crois que l’on s’amuse autant que l’on soit très jeune ou moins jeune ! Je pense que nous sommes facilement restés une demie-heure juste à nourrir les poissons et à observer les autres visiteurs le faire !
Tirta gangga, Bali.

Tirta gangga, Bali.

De nombreux Balinais viennent aussi à Tirta Gangga le dimanche en famille pour se baigner ou, comme nous, pour s’amuser à nourrir les poissons et se balader au milieu des nombreuses statues de divinités hindoues installées dans le parc.
C'est l'heure de la baignade à Tirta Gangga.

C’est l’heure de la baignade à Tirta Gangga.

Accessibilité à Tirta Gangga :

Il y a un accès possible en fauteuil roulant à gauche de l’entrée principale. Une fois de l’autre côté de la grande porte vous vous retrouvez face à des escaliers mais il y a un chemin accessible sur la gauche. En suivant ce chemin vous arriverez sur une partie surélevée du parc qui vous permettra d’avoir une vue d’ensemble des lieux.
Statue d'une divinité à Tirta Gangga.

Statue d’une divinité à Tirta Gangga.

Accessibilité à Ujung water palace :

  • Une rampe permet d’atteindre la billetterie.
  • Une fois votre billet en poche, il faut traverser un pont mais il y a une marche au début de celui-ci et trois à la fin. Lors de notre visite, Franck m’a aidée à franchir l’obstacle en me mettant uniquement sur les roues arrières mais j’ai appris depuis qu’il existe apparemment une entrée alternative sur l’un des côtés du parc qui permet d’accéder au parc en évitant toutes ces marches.
  • Une fois dans le parc il est très facile d’y circuler en fauteuil roulant. Deux endroits restent cependant inaccessibles en fauteuil roulant: l’intérieur du palais sur l’eau et un superbe point de vue situé tout en haut d’une très longue série d’escaliers.

Le volcan Batur

Bali se situe sur la ceinture de feu, l’une des zones d’activités sismiques et volcaniques les plus actives au monde. Pas étonnant donc que les reliefs balinais témoignent de ces forces de la nature qui ont sculpté des paysages grandioses au fils des siècles.

Parmi les plus beaux volcans de l’Indonésie on trouve le mont Batur culminant à 2152 mètres et capable d’éruptions très impressionnantes causant malheureusement d’important dégâts et entraînant parfois le décès de plusieurs personnes. Aujourd’hui, plus de 20 ans après la dernière éruption ayant duré plusieurs mois en 1999-2000, l’on distingue encore clairement les traces des coulées de lave le long des flancs du volcan depuis le village de Kintamani.

Vue sur le mont Batur depuis Kintamani.

Vue sur le mont Batur depuis Kintamani.

Les rizières de Tegalalang

Bali ce n’est pas que des volcans, des belles plages bondées de surfeurs australiens et des temples hindous. Quand vous pensez à Bali vous avez sans doute en tête des images de ces belles rizières en terrasse que l’on retrouve dans les dépliants des agences de voyage et même dans les films hollywoodiens ! Les plus célèbres d’entre toutes sont sans doute les rizières de Tegalalang dans lesquelles Julia Robert a pu méditer durant son voyage initiatique dans « Mange, prie, aime ».
Les rizières en terrasse de Tegalalang, près de Ubud, à Bali.

Les rizières en terrasse de Tegalalang, près de Ubud, à Bali.

La magie d’un paysage si différent de ce que nous connaissons opère et je vois ces petites étincelles d’émerveillement dans les yeux de ma petite sœur qui, pour la première fois, admire un tel paysage. Ce moment me rappelle mon propre enchantement lors de ma première balade au milieu des rizières de Sulawesi. Mais cette fois je dois admettre que je suis moins conquise malgré la beauté des lieux. Autant de visiteurs dans une rizière située au bord d’une route ça n’a pas autant de charme… Le manque d’accessibilité à sans doute aussi influé sur mon ressenti puisque j’ai du me contenter d’observer les rizières depuis le long de la route au lieu de me balader entre les différentes rizières comme nous avions pu le faire en Sulawesi.

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à aller voir ma page Tipeee si vous voulez me donner un petit coup de pouce et contribuer à la création de futurs articles !

Et bien sûr, vous pouvez toujours partager cet article pour en faire profiter vos amis !

TAGS
PLUS D'ARTICLES SUR LE SUJET
2 Comments
  1. Répondre

    katell

    8 août 2018

    Dommage , au final quand on n’a pas la possibilité de quitter son fauteuil les visites sont impossibles à Bali … (la petite marche de la dernière photo est tout simplement impossible a passer) .

    • Répondre

      Aurélie

      8 août 2018

      Je comprends que voyager à Bali en fauteuil roulant peut être frustrant car effectivement nous sommes loin des standards d’accessibilité occidentaux. Néanmoins il est possible d’y voyager même si l’on ne peut pas se lever du tout grâce à l’aide d’autres personnes, que se soient des personnes voyageant avec nous et/ou des locaux. Par exemple, j’ai passé de nombreuses marches sur les roues arrières du fauteuil grâce à l’aide de Franck, mon compagnon. J’ai également été portée par des locaux (en étant sur mon fauteuil roulant) pour pouvoir passer des obstacles.
      Sinon il y a également la possibilité de voyager avec une rampe pliable portable qui permet de passer une à deux marches.
      Enfin il existe des agences de voyages spécialisées indonésiennes organisant des voyages pour les personnes à mobilité réduite. Je pense notamment à Accessible Indonesia : http://www.accessibleindonesia.org/.

Laisser un commentaire.

Abonnez-vous !

Pour ne rater aucune de mes aventures, abonnez-vous et recevez une notification pour chaque nouvel article.